Jan 24

E3C : de Charybde en Scylla !

Daspe LM

Le Parti de Gauche 66 dénonce avec vigueur les conditions dans lesquelles se déroulent ou vont se dérouler pour les classes de Première les épreuves communes de contrôle continu (E3C) du bac Blanquer.

Le PG 66 s’était déjà opposé à l’architecture de ce nouveau bac, qui remet en cause le caractère national du diplôme et rompt avec le principe d’égalité républicaine du système éducatif. Il s’agit d’une étape supplémentaire dans le processus de territorialisation de l’éducation nationale, quinquennats après quinquennats.

Mais il était difficile d’imaginer que cette réforme à la hussarde puisse se réaliser dans un tel contexte d’impréparation, d’amateurisme et d’inconséquence. Dès la rentrée scolaire de septembre, enseignants, parents, élèves, chefs d’établissement, chacun dans leur registre, avaient alerté sur la catastrophe imminente qui se profilait inéluctablement. Voilà que la réalité dépasse les scénarii les plus pessimistes, entre sujets inadaptés, organisation matérielle relevant de la gageure, ruptures profondes de l’égalité de traitement entre élèves et lycées, contraintes techniques négligées en dépit du bon sens, fuites plus ou moins orchestrées, situations de stress aggravées de manière générale etc.

L’entêtement du ministre Jean-Michel Blanquer, le même qui avait supprimé 50 000 postes quant il sévissait à la DGESCO (direction générale de l’enseignement scolaire) sous la direction du Président Nicolas Sarkozy et du ministre Luc Chatel, à minimiser le niveau de la contestation et à vouloir coûte que coûte que ces épreuves se tiennent, même si les conditions minimales de sérénité ne sont pas réunies, est révélateur de la fébrilité et de l’autoritarisme qui gagnent une Macronie aux abois. La réforme du bac, comme celle de l’école de la (prétendue…) confiance du ministre Blanquer, va décidément de Charybde en Scylla.

Le Parti de Gauche 66 exige la suppression immédiate de ces épreuves de contrôle continu. Face à la succession de quinquennats d’airain particulièrement destructeurs de l’intérêt général, c’est à une refondation de l’Ecole de la République que le PG 66 s’attache, afin de faire triompher l’école de l’égalité et de l’émancipation au service du peuple.

Francis DASPE, président de la Commission nationale Education du PG

Co-auteur de deux livres dur l’éduction, « L’école du peuple. Pour l’égalité et l’émancipation » (éditions Bruno Leprince, 2012), « Manifeste pour l’Ecole de la 6° République » (éditions du Croquant, 2016)

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1269

Jan 18

NEOSUP : une maladresse ? Non, un message lourd de symbole !

Daspe LM

Le Parti de Gauche 66 dénonce le symbole donné par le choix effectué par les deux ministres venues à Perpignan ce vendredi 17 décembre. Muriel Pénicaud et Sibeth Ndiaye ont visité NEOSUP, une école supérieure privée de Perpignan.

Au moment précis où l’ensemble des acteurs de l’éducation (enseignants, parents, lycéens) se mobilise contre les épreuves communes de contrôle continu (E3C) du nouveau bac Blanquer en classe de Première, ces deux ministres du gouvernement Philippe ne trouvent rien de mieux que de négliger l’Ecole de la République en préférant se préoccuper d’une école privée. Le message délivré à cette occasion est symboliquement cruel et indéfendable : c’est une forme de mépris qui est adressée de la sorte à l’Ecole de la République, à tous ses personnels et ses usagers.

Il ne s’agit en effet nullement d’une simple maladresse, mais davantage d’une provocation et d’un système. Car la Macronie, ne doutant de rien, ose tout. En plein mouvement social contre la réforme des retraites, ne s’est-elle pas crue autorisée à promouvoir au rang d’officier de la légion d’honneur le président de BlackRock, société financière qui lorgne sur le pactole des prochaines retraites par capitalisation ? Sans parler des conflits d’intérêts qui ont poussé le Haut-commissaire chargé des retraites, Jean-Paul Delevoye, à démissionner. Dans le même genre d’idée, il est utile de rappeler que la réforme de l’orientation post-bac dans le cadre de Parcoursup, gigantesque opération de tri social et géographique aggravant les inégalités, constitue un cadeau offert au privé.

Le PG 66 s’indigne de cette nouvelle collusion de la Macronie avec les intérêts privés, en contradiction flagrante avec l’intérêt général. Le plus court chemin vers l’égalité et l’émancipation passe par l’Ecole de la République, particulièrement maltraitée par cette majorité constituée autour du Président des riches, Emmanuel Macron.

Francis DASPE, président de la Commission nationale Education du Parti de Gauche

Coa-auteur de deux livres dur l’éduction, « L’école du peuple. Pour l’égalité et l’émancipation » (éditions Bruno Leprince, 2012), « Manifeste pour l’Ecole de la 6° République » (éditions du Croquant, 2016)

Contact médias : 06 07 34 33 81  

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1266

Déc 18

Les vœux du PG 66 pour 2020 : contre les requins de la finance, organisons-nous pour sauver nos retraites !

Retraite 60 ans

Le Parti de Gauche 66 adresse ses vœux de bonne année 2020 à l’ensemble des habitants des Pyrénées-Orientales. Il s’adresse à des populations largement mobilisées pour la défense du système solidaire par répartition des retraites durement attaqué par les projets gouvernementaux. Par conséquent, parmi les traditionnels vœux de nouvelle année, le PG 66 ajoutera celui d’une actualité brûlante visant à préserver le système de retraites, patrimoine commun du peuple depuis la mise en place en 1945 des 4 branches de la Sécurité sociale.

Ce vœu pourtant élémentaire doit faire face aux multiples tentatives de casse. En effet, la réforme des retraites portée par la majorité constituée autour du Président Macron doit être perçue comme une étape décisive dans la volonté de détruire le pacte républicain et social issu du programme du Conseil national de la Résistance au lendemain de la Libération. Le système par points envisagé ne constitue qu’une étape vers l’introduction de la logique de capitalisation. A ce compte, il n’y aura quasiment que des perdants.

Le PG 66 lance au cours des fêtes de fin d’année une campagne d’action en ce sens avec présences sur les marchés, distributions de tracts et collages d’affiches. Des réunions publiques ont déjà été organisées et continueront à l’être à l’aide du diaporama mis à disposition par l’AGAUREPS-Prométhée. Le slogan de cette campagne d’action est le suivant : « Contre les requins de la finance, organisons-nous pour sauver nos retraites ! ».

Le PG 66 milite pour le retour de la retraite à 60 ans à taux plein. Il exige un référendum sur cette question, afin de redonner pleine souveraineté au peuple.

Le PG 66 souhaite une bonne année 2020, combative à l’image des dernières mobilisations contre le projet de casse des retraites, et dont la trajectoire est toute tracée : de la résistance à la révolution citoyenne. Pour que « Les jours heureux » (titre du programme du Conseil national de la Résistance) ne soient pas relégués aux oubliettes de la République sociale…

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1261

Déc 10

Le PG 66 mobilisé pour les assises internationales de l’écosocialisme

Ecosocialisme PG

Le Parti de Gauche 66 se félicite de la décision prise à l’occasion du Conseil National du PG à Montreuil en novembre d’organiser des assises internationales de l’écosocialisme.

Dès 2012, le Parti de Gauche a popularisé le concept d’écosocialisme comme alternative globale et radicale au capitalisme financiarisé et productiviste générateur de catastrophes écologiques. Il l’a fait autour des 18 thèses de l’écosocialisme qui ont reçu un écho extrêmement favorable. Ces thèses ont permis à notre courant de pensée politique d’incarner une centralité politique sur les questions de planification et de transition écologiques, notamment par toutes celles et tous ceux dénonçant les impasses et les impostures du capitalisme vert ou de l’environnementalisme déconnecté des réalités sociales.

L’écosocialisme vise à répondre de manière globale à la quadruple urgence menaçant l’écosystème humain : écologique avec le réchauffement climatique, sociale avec l’accroissement des inégalités, démocratique avec l’absolutisme du marché, géopolitique avec la multiplication des tensions diplomatiques.

Le PG 66 contribuera à ce travail collectif en organisant, sous des formes diverses, des actions de sensibilisation et d’approfondissement de la doctrine écosocialiste.


Catherine DAVID et Mickaël IDRAC, co-secrétaires départementaux du PG 66

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1257

Nov 30

Le 5 décembre, résistons pour la sauvegarde du système solidaire par répartition de retraites

Retraite 60 ans

Le Parti de Gauche 66 apporte son soutien à la journée de mobilisation de jeudi 5 décembre contre le projet de réforme des retraites. Elle appelle à une manifestation massive à Perpignan, à partir de 10 heures 30 place de Catalogne.

La réforme des retraites portée par la majorité constituée autour du Président Macron doit être perçue comme une étape décisive dans la volonté de casser le pacte républicain et social issu du programme du Conseil national de la Résistance au lendemain de la Libération. Se mobiliser contre ce projet rétrograde représente une cause d’intérêt général.

La volonté de détruire le système par répartition des retraites, fondé sur la solidarité, est évidente. Le système par points envisagé ne constitue qu’une étape vers l’introduction de la logique de capitalisation. A ce compte, il n’y aura quasiment que des perdants.

Le Parti de Gauche 66 appelle à faire nombre dans le cortège de manifestants ce jeudi 5 décembre. Il encourage également à participer aux assemblées générales qui se tiendront à la suite des manifestations et détermineront la suite du mouvement.

Plus que jamais pour le Parti de Gauche 66, pour que « Les jours heureux » (titre du programme du Conseil national de la Résistance) ne soient pas relégués aux oubliettes, le mot d’ordre est « Résistance ! ».


Catherine DAVID et Mickaël IDRAC, co-secrétaires départementaux du PG 66

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1251

Oct 26

L’écosocialisme, un projet de société qui passe par le ferroviaire

Ecosocialisme

Le Parti de Gauche 66 dénonce la situation de blocage de la ligne ferroviaire Perpignan / Montpellier suite aux intempéries du début de semaine. La circulation de Perpignan jusqu’à Montpellier, mais aussi vers Toulouse, est réduite à néant jusqu’au 4 novembre, isolant le département des Pyrénées-Orientales du reste de la France.

Cette situation met à nouveau en lumière l’urgence écologique pour lutter contre le dérèglement climatique. Mais plus encore, c’est la nécessité d’une transition et d’une planification écologiques qui s’impose à nous. Comment ne pas relever l’aveuglement qui a présidé aux choix concernant l’actuelle ligne ferroviaire le long d’un littoral avec des parties sujettes aux inondations ? Cette imprévoyance est coupable : c’est cette même imprévoyance qui préside aujourd’hui à des choix sacrifiant les terres agricoles à des grands projets inutiles et imposés (GPII) pour le seul bénéfice de grands groupes industriels et de leurs actionnaires. Ces choix se situent aux antipodes des impératifs d’un nouveau modèle de production, de consommation et de mobilités permettant la mise en place d’une transition écologique.

Dans l’optique de son projet écosocialiste, le PG 66 appelle à une prise de conscience salutaire. Les infrastructures de transports doivent être mises hors d’atteinte des risques et aléas climatiques : c’est une des raisons d’être d’une planification écologique nourrie des 18 thèses du « Manifeste pour l’écosocialisme » lancé par le Parti de Gauche dès 2012. Le fret ferroviaire doit être de la sorte doté des moyens financiers et techniques nécessaires afin qu’il se substitue de manière à la fois progressive et significative au transport routier porteurs de nuisances et de pollutions.

Le Parti de Gauche 66 milite pour un horizon écosocialiste. Les Pyrénées-Orientales se trouvent en première ligne de cette nécessaire ambition, avec la fermeture de la ligne ferroviaire Perpignan / Montpellier ou les lourdes menaces sur le train des primeurs Perpignan Saint-Charles / Paris Rungis.

Catherine DAVID et Mickaël IDRAC, co-secrétaires départementaux du PG 66 

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1248

Oct 02

Education : qui sème le vent des mauvaises réformes…

MESR

Le Parti de Gauche 66 dénonce les conditions déplorables dans lesquelles la rentrée scolaire s’est effectuée. Les promesses de « l’école de la confiance » du ministre Jean-Michel Blanquer sont désormais très loin du quotidien vécu par les enseignants, les élèves et les familles. La situation ne résulte pas d’une quelconque fatalité. Elle est le fruit de réformes destructrices dont les conséquences catastrophiques étaient largement prévisibles.

Le manque de postes pour les dédoublements des classes de CP – CE 1 provoque des situations intenables dans les écoles élémentaires, avec des sureffectifs dans les autres classes. L’orientation post-bac dans le cadre de Parcoursup continue de laisser sans solution satisfaisante ou sans solution du tout de nombreux bacheliers. Cette gigantesque opération de tri social et géographique aggrave les inégalités. La réforme du baccalauréat engagée depuis l’an dernier en Seconde, poursuivie en Première, déstabilise puissamment le fonctionnement des lycées et les conditions d’apprentissage. L’introduction d’une part significative de contrôle continu vise à mettre fin à l’égalité des diplômes sur le territoire national.

Qui sème le vent des mauvaises réformes fait souffler la tempête sur l’Ecole de la République. En élève zélé de la Macronie, le ministre Blanquer s’emploie avec méthode à sa destruction. Le PG 66 appelle à un sursaut pour que l’intérêt général, l’égalité et l’émancipation soient urgemment mis à l’ordre du jour, avec l’attribution des moyens nécessaires.

Francis DASPE, président de la Commission nationale Education du Parti de Gauche

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1245

Sep 28

« Notre maison brûle », des hydrocarbures au bitume

PG sans FG

Le Parti de Gauche 66 exprime son inquiétude devant l’empressement des pouvoirs publics à minorer les probables risques sanitaires et environnementaux suite à l’incendie à Rouen de l’usine chimique Lubrizol classée Seveso. Déjà, le 3 septembre dernier, un autre incendie est survenu en région havraise sur un site semblable appartenant au même groupe Lubrizol dont le propriétaire est le milliardaire Warren Buffett.

On est en droit de se poser des questions. Comment se fait- il, qu’au regard de la dangerosité de ces sites de production chimique, l’implantation de ceux-ci se fassent dans des secteurs fortement urbanisés, tout en restant éloignés des beaux quartiers ? Comme Bhopal en Inde, comme AZF à Toulouse, comme Seveso en Italie, comme Bure pour l’enfouissement des déchets nucléaires, comme nos vieilles voitures polluantes que l’on envoie en Afrique…

Nos décideurs ont décidément la mémoire courte. A moins que la course au profit ne soit plus importante  que la sécurité des populations ! On peut et doit se poser la même  question, dans les Pyrénées-Orientales, à Saint-Estève, face au projet d’extension, sur 9 hectares de terres agricoles, de l’usine de bitume de l’entreprise Colas classée ICPE, variante des sites Seveso. On y traite des hydrocarbures dans un quartier populaire très dense et à proximité d’un important établissement de santé.

Il faut en finir avec de telles aberrations. Nous adressons un soutien amical à nos voisins Audois face au scandale sanitaire et écologique engendré par des rejets d’arsenic émanant de l’ancienne mine d’extraction d’uranium dont les déchets ont été « oubliés » par l’exploitant AREVA.

Le Parti de Gauche 66 milite pour un avenir écosocialiste, avec une planification écologique et une transition écologique, permettant l’application de la règle verte. Pour empêcher notre maison commune de brûler, un horizon écosocialiste est nécessaire !

Catherine DAVID et Mickaël IDRAC, co-secrétaires départementaux du PG 66

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1243

Août 16

Le PG 66 planche sur « quel avenir en commun dans les municipalités » pour sa rentrée politique

Revol

Le Parti de Gauche 66 effectuera sa traditionnelle rentrée politique mardi 20 août à Thuir. Une formation militante sera organisée sur le thème « Municipalités : quel avenir en Commun ? ». Elle se déroulera à la Maison des Jeunes et de la Culture (rue du docteur Ecoiffier), à partir de 18 heures.

Elle sera animée par René REVOL, maire de Grabels. A moins d’un an des élections municipales de mars 2020, les réflexions porteront sur les principaux enjeux liés aux politiques dans les municipalités au service de ruptures démocratiques, écologiques et sociales.

Elle est ouverte au public, et bien évidemment plus particulièrement aux militants de La France Insoumise dans les Pyrénées-Orientales.

Le PG 66 appelle ensuite à participer à la rentrée nationale de La France Insoumise qui aura lieu le week-end suivant à Toulouse avec les AMFis d’été (l’équivalent des universités d’été), du jeudi 22 août au dimanche 25 août au Centre des Congrès Pierre Baudis (11, esplanade Compans Caffarelli).

 

Catherine DAVID et Mickaël IDRAC, co-secrétaires départementaux du PG 66

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1240

Juin 19

ADP : quand les Rapetou macroniens sont à l’œuvre…

Services Publics

Le Parti de Gauche 66 exprime son opposition au projet de privatisation de l’aéroport de Paris. Cette nouvelle offensive libérale se situe dans le droit fil de la politique de destruction massive des services publics voulue par la Commission européenne au nom de la concurrence libre et non faussée.

Cette décision n’est en aucun cas induite par un quelconque déficit imputable à la viabilité économique de l’entreprise publique : sa gestion est saine et engendre des bénéfices. L’argumentaire si commode des politiques d’austérité est obsolète dans ce cas de figure ! Quelle obscure raison pousse la Macronie à se séparer d’une entreprise publique qui rapporte ? Pourquoi un tel cadeau en faveur du privé ? Cadeau entre amis pour services rendus ?

Cette décision scandaleuse aura toutefois eu un mérite. La médiatisation de cette forfaiture revendiquée par la majorité gouvernementale a permis de porter à la connaissance de la population l’article 11 de la Constitution offrant à tous la possibilité de s’emparer de l’outil que représente le référendum d’initiative partagé. Si la volonté citoyenne de contrer ce projet de privatisation aboutit favorablement, gageons que d’autres demandes de référendum seront à l’ordre du jour ! La mobilisation citoyenne est en marche. Elle se doit d’être massive pour faire vivre ce référendum contre la privatisation d’ADP, bien commun payé par nos impôts.

En marche vers les 4,7 millions de signatures  à rassembler jusqu’au 13 mars 2020 ! Signons et faisons signer !

https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1

 

Catherine DAVID et Mickaël IDRAC, co-secrétaires départementaux du PG 66

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1237

Articles plus anciens «

» Articles plus récents