Août 03

Le PG 66 planche sur la stratégie de la Révolution citoyenne

PG sans FG

Le Parti de Gauche 66 effectuera sa traditionnelle rentrée politique mercredi 26 août 2020 à Perpignan. Le jour anniversaire de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, une formation militante sera organisée sur le thème « Quelle stratégie pour la révolution citoyenne ? ». Elle se déroulera à la salle des Libertés (3 rue Edmond Bartissol), à partir de 18 heures.

Elle sera animée par deux intervenants impliqués dans La France Insoumise depuis son lancement en février 2016. René REVOL est maire de Grabels et vice-président de Montpellier Métropole. Francis DASPE, secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée, est auteur du livre « 2022 : pour renverser la Table à la présidentielle » (Eric Jamet éditeur, août 2020).

Après la fin des municipales de mars / juin 2020, une nouvelle séquence politique s’ouvre avec les élections départementales et régionales prévues en mars 2021 et qui se clôturera avec la présidentielle de 2022. Les réflexions porteront sur la stratégie pour pouvoir renverser la table et réaliser l’indispensable révolution citoyenne.

Elle est ouverte au public, et bien évidemment aux militants de La France Insoumise dans les Pyrénées-Orientales.

Cette formation militante proposée par le PG 66 s’inscrira dans le prolongement de la rentrée nationale de La France Insoumise qui aura eu lieu le week-end précédent dans la Drôme à Valence avec les AMFIS d’été (l’équivalent des universités d’été), du jeudi 20 août au dimanche 23 août.

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1288

Juin 05

Le PG 66 dénonce le sketch du déconfinement à l’école

lecole-du-peuple

L’école a bien été au cœur de la crise sanitaire, des conditions et des enjeux tant du confinement que du déconfinement. Elle a symbolisé les errements de la gestion du gouvernement, mettant en relief les absurdités débitées avec une régularité déconcertante et les contradictions proférées avec un culot sidérant.

S’il a dû avaler des couleuvres, le ministre Jean-Michel Blanquer s’est contenté de répercuter, sans aucune gêne, les injonctions paradoxales sur les personnels des établissements, dans une application du double principe de gestion managériale et d’autonomie locale, qui en réalité correspond à une politique de la défausse permanente.

Le Parti de Gauche 66 estime que le déconfinement à l’école tourne en définitive au sketch de fort mauvais goût. Peu d’élèves présents, des protocoles absurdes autant kafkaïens qu’anxiogènes ne garantissant de surcroît pas la sécurité ni des élèves ni des personnels, des consignes indiquant de ne pas faire cours ou avec des contenus vidés de leur substance, des conditions matérielles et physiques pour les élèves encore plus rigoureuses que le confinement, voilà la réalité de l’école post-confinement. L’école est ainsi ravalée au rang de garderie, totalement déconnectée des objectifs de pédagogie, clairement soumise à des intérêts particuliers privés, sonnants et trébuchants.

Le déconfinement, absolument nécessaire dans ce contexte de peurs irrationnelles alimentées sciemment par un pouvoir dans le seul but de masquer ses propres insuffisances et turpitudes, ne peut pas commencer par l’école. Les salles de classe et les établissements scolaires sont de potentiels clusters à épidémies. Le déconfinement doit débuter inévitablement par la vie sociale. La Macronie s’y est refusée, sans doute pour maintenir nos concitoyens dans un état de tension peu propice à l’expression des mécontentements et des colères tant redoutés par un pouvoir aux abois.

Le PG 66 exige que l’école de la République soit décontaminée en urgence de tout ce qui conduit à son abaissement et à sa corruption, et que la crise a révélé encore davantage.

Francis DASPE, président de la Commission nationale Education du Parti de Gauche

Co-auteur de deux livres sur l’éduction, « L’école du peuple. Pour l’égalité et l’émancipation » (éditions Bruno Leprince, 2012), « Manifeste pour l’Ecole de la 6° République » (éditions du Croquant, 2016)

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1285

Mai 24

Louée soit la crise sanitaire pour les pesticides !

Ecosocialisme PG

Le Parti de Gauche 66 dénonce vigoureusement le communiqué de presse gouvernemental du 11 mai 2020, annonçant l’accord d’un soutien exceptionnel (30 millions d’euros) destiné à accompagner les agriculteurs, notamment la viticulture pour notre département, mais aussi les productions fruits et légumes dans tout l’hexagone. Cette mesure cible l’investissement dans du matériel permettant de limiter les distances de traitement par des  pesticides près des zones d’habitations.

Rappelons, dans le cadre de la loi Egalim, la mise en place d’un décret le 27 décembre 2019 stipulant les distances (zone de non traitement) à respecter (3m, 5m, 10m et 20m)  selon la  dangerosité des produits, pour assurer la « protection des riverains » lors des traitements.

L’art de détourner la loi … au mépris de la santé des riverains et de l’urgence climatique

Las… C’était sans compter l’offensive des lobbys des pesticides toujours prêts à contourner les contraintes avec l’aval de la FNSEA et du manque de courage des politiques. C’est ainsi qu’en février le ministre de l’agriculture propose aux chambres d’agriculture d’établir une charte de bonnes pratiques permettant de déroger et réduire ces  distances d’épandage. Précisons que la dite charte est réalisée dans l’entre soi confiné des bureaux des chambres d’agriculture dont la plupart sont tenues par la FNSEA… Exit les autres syndicats, exit les riverains, exit les associations…

Raisons invoquées pour se soustraire à la loi : la crise sanitaire ! Les accros du libre échange n’ont pu exporter, les frontières étant fermées ! En clair, pour éponger les méventes il va falloir surproduire en surtraitant… Fermez vos fenêtres braves gens et restez confinés ! Et le ministère de déclarer : « Avec ces aides, nous accompagnons l’agriculture dans la transition vers l’agroécologie ». Audacieux le sieur Didier Guillaume !

L’instrumentalisation de la crise sanitaire se fait à tous les étages et dans tous les secteurs économiques et se résume à « Après moi, le déluge ! ». Rompre avec ce vieux monde est un impératif incontournable. En cela, seul le Parti de gauche porte un projet de société au service du progrès humain. Ce projet, l’écosocialisme, dont le PG a lancé les assises internationales de l’écosocialisme, doit passer par la révolution citoyenne et ouvrir à un nouveau paradigme par la planification écologique, sociale et démocratique au service des besoins humains et non de la finance.

Catherine DAVID et Mickaël IDRAC, co-secrétaires départementaux du PG 66

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1282

Mai 16

L’écosocialisme, antidote à la crise sanitaire

Mickaël Idrac, Catherine David

La crise sanitaire du Covid-19 repousse le lancement des assises internationales de l’écosocialisme lancées par le Parti de Gauche. Ironie de l’affaire, l’écosocialisme est victime de cette crise sanitaire sans précédent dont il est pourtant l’antidote.

Un virus et une pandémie possèdent des causes systémiques. Elles tiennent pour partie à des raisons d’organisation économique du monde.

L’accélération des transports rend les sociétés plus interdépendantes. Les conditions mêmes de la mondialisation diffusent presque instantanément la crise sanitaire. La contradiction capitaliste, nous disait déjà Marx, tient au fait qu’il y a socialisation de la production mais privatisation des bénéfices. Le grand déménagement du monde accroît la dépendance des peuples, tandis que les profits se concentrent dans une part de plus en plus restreinte d’oligarques qui ont seuls les moyens d’échapper aux dangers de leur modèle.

Les choix économiques de la mondialisation prétendument heureuse se heurtent au principe de réalité : délocaliser les industries médicamenteuses et la production de masques aux quatre coins du monde rend impossible une réponse en cas de crise globale.

L’écosocialisme est la solution aux crises multiformes qui nous frappent. Loin d’un repli sur soi, il appelle une planification et une entraide internationale pour faire face aux enjeux de restructuration de l’économie. Voilà pourquoi le PG 66 contribuera comme prévu aux assises internationales de l’écosocialisme qui seront menées à l’issue de cette crise.

Catherine DAVID et Mickaël IDRAC, co-secrétaires départementaux du PG 66

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1279

Mar 06

La (nouvelle) mascarade de l’école de la confiance

12304200_1633456500238694_1843430791253580074_o

Le Parti de Gauche 66 dénonce la consultation sur « Le métier de professeur du XXIème siècle » du 3 au 17 mars proposée par le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer. Il ne s’agit que d’une grossière opération de communication. Le ministre, faisant mine de vouloir se soucier de la condition des enseignants, tente de donner l’illusion de vouloir rétablir un lien particulièrement distendu.

Cette prétendue consultation relève davantage de la mascarade : manque de sérieux dans la méthodologie, aucune garantie sur l’identité des personnes y répondant, questions orientées pour aboutir à des conclusions souhaitées etc. La ficelle est grosse : d’ici quelques semaines, le ministre s’appuiera sur les pseudos résultats de cette rocambolesque étude pour affirmer de manière toujours aussi péremptoire que cette consultation a montré les enseignants sont en phase avec ses réformes pourtant rejetées.

Il s’agit d’une mystification et d’une manipulation s’ajoutant au blocage des salaires des enseignants depuis des années, à la dégradation incessante de leurs conditions de travail, aux mensonges du ministre et ses éternelles promesses auxquels ils ne croient plus, aux réformes incessantes de destruction de l’Ecole (programmes, parcoursup, contre-réforme du bac, E3C, inclusion à la hussarde des élèves en situation de handicap sans moyens humains et matériels), aux propos méprisants du ministre sur leur prétendue incompréhension de la réforme des retraites. L’école de la confiance, après avoir suscité la défiance, vire désormais à la mascarade.

Le Parti de Gauche 66 dénonce ce mépris supplémentaire de la politique ministérielle. Il s’oppose aux logiques marchandes de destruction de l’Ecole. Dans les Pyrénées-Orientales, il soutiendra les enseignants dans leurs luttes pour des salaires à la hauteur de leurs responsabilités, pour des conditions de travail dignes et dans leur opposition au massacre des retraites.

Francis DASPE, président de la Commission nationale Education du PG

Co-auteur de deux livres sur l’éduction, « L’école du peuple. Pour l’égalité et l’émancipation » (éditions Bruno Leprince, 2012), « Manifeste pour l’Ecole de la 6° République » (éditions du Croquant, 2016)

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1276

Fév 04

L’écosocialisme : une dynamique de rupture, pas une arithmétique de boutiquier…

Ecosocialisme PG

Le Parti de Gauche 66 contribue au lancement des assises internationales de l’écosocialisme décidées en novembre dernier par le PG à l’occasion de son Conseil national. Il le fera de différentes manières, en commençant par un travail pédagogique d’éducation populaire, avec des actions de sensibilisation et d’approfondissement de la doctrine écosocialiste

Le concept d’écosocialisme renvoie à une alternative globale et radicale au système capitaliste. Il impulse une véritable dynamique. Il n’est pas la simple addition des mots écologie et socialisme. L’écosocialisme est en effet en totale opposition avec le capitalisme vert et l’austérité dévoyant le socialisme historique ouvrier.

Comme la politique en général, l’écosocialisme n’est pas une question d’arithmétique, mais bien de dynamique. Il n’a pas vocation à rassembler de dérisoires rentes de boutiquiers. Il vise à fédérer le peuple autour d’un horizon commun dicté par la quadruple urgence menaçant l’écosystème humain : écologique avec le réchauffement climatique, sociale avec l’accroissement des inégalités, démocratique avec l’absolutisme du marché, géopolitique avec la multiplication des tensions diplomatiques.

Cette conception arithmétique et boutiquière coïncide hélas avec le parti pris de certaines listes à ces municipales, en France, en Occitanie et à Perpignan, qui tentent de conjuguer très maladroitement austérité, capitalisme vert et opportunisme. Certainement pas pour le meilleur !

Ce n’est pas dans l’ADN du PG 66 qui, par les 18 thèses de l’écosocialisme, récuse les impasses et les impostures du capitalisme vert ou de l’environnementalisme déconnecté des réalités sociales.

Catherine DAVID et Mickaël IDRAC, co-secrétaires départementaux du PG 66

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1273

Jan 24

E3C : de Charybde en Scylla !

Daspe LM

Le Parti de Gauche 66 dénonce avec vigueur les conditions dans lesquelles se déroulent ou vont se dérouler pour les classes de Première les épreuves communes de contrôle continu (E3C) du bac Blanquer.

Le PG 66 s’était déjà opposé à l’architecture de ce nouveau bac, qui remet en cause le caractère national du diplôme et rompt avec le principe d’égalité républicaine du système éducatif. Il s’agit d’une étape supplémentaire dans le processus de territorialisation de l’éducation nationale, quinquennats après quinquennats.

Mais il était difficile d’imaginer que cette réforme à la hussarde puisse se réaliser dans un tel contexte d’impréparation, d’amateurisme et d’inconséquence. Dès la rentrée scolaire de septembre, enseignants, parents, élèves, chefs d’établissement, chacun dans leur registre, avaient alerté sur la catastrophe imminente qui se profilait inéluctablement. Voilà que la réalité dépasse les scénarii les plus pessimistes, entre sujets inadaptés, organisation matérielle relevant de la gageure, ruptures profondes de l’égalité de traitement entre élèves et lycées, contraintes techniques négligées en dépit du bon sens, fuites plus ou moins orchestrées, situations de stress aggravées de manière générale etc.

L’entêtement du ministre Jean-Michel Blanquer, le même qui avait supprimé 50 000 postes quant il sévissait à la DGESCO (direction générale de l’enseignement scolaire) sous la direction du Président Nicolas Sarkozy et du ministre Luc Chatel, à minimiser le niveau de la contestation et à vouloir coûte que coûte que ces épreuves se tiennent, même si les conditions minimales de sérénité ne sont pas réunies, est révélateur de la fébrilité et de l’autoritarisme qui gagnent une Macronie aux abois. La réforme du bac, comme celle de l’école de la (prétendue…) confiance du ministre Blanquer, va décidément de Charybde en Scylla.

Le Parti de Gauche 66 exige la suppression immédiate de ces épreuves de contrôle continu. Face à la succession de quinquennats d’airain particulièrement destructeurs de l’intérêt général, c’est à une refondation de l’Ecole de la République que le PG 66 s’attache, afin de faire triompher l’école de l’égalité et de l’émancipation au service du peuple.

Francis DASPE, président de la Commission nationale Education du PG

Co-auteur de deux livres dur l’éduction, « L’école du peuple. Pour l’égalité et l’émancipation » (éditions Bruno Leprince, 2012), « Manifeste pour l’Ecole de la 6° République » (éditions du Croquant, 2016)

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1269

Jan 18

NEOSUP : une maladresse ? Non, un message lourd de symbole !

Daspe LM

Le Parti de Gauche 66 dénonce le symbole donné par le choix effectué par les deux ministres venues à Perpignan ce vendredi 17 décembre. Muriel Pénicaud et Sibeth Ndiaye ont visité NEOSUP, une école supérieure privée de Perpignan.

Au moment précis où l’ensemble des acteurs de l’éducation (enseignants, parents, lycéens) se mobilise contre les épreuves communes de contrôle continu (E3C) du nouveau bac Blanquer en classe de Première, ces deux ministres du gouvernement Philippe ne trouvent rien de mieux que de négliger l’Ecole de la République en préférant se préoccuper d’une école privée. Le message délivré à cette occasion est symboliquement cruel et indéfendable : c’est une forme de mépris qui est adressée de la sorte à l’Ecole de la République, à tous ses personnels et ses usagers.

Il ne s’agit en effet nullement d’une simple maladresse, mais davantage d’une provocation et d’un système. Car la Macronie, ne doutant de rien, ose tout. En plein mouvement social contre la réforme des retraites, ne s’est-elle pas crue autorisée à promouvoir au rang d’officier de la légion d’honneur le président de BlackRock, société financière qui lorgne sur le pactole des prochaines retraites par capitalisation ? Sans parler des conflits d’intérêts qui ont poussé le Haut-commissaire chargé des retraites, Jean-Paul Delevoye, à démissionner. Dans le même genre d’idée, il est utile de rappeler que la réforme de l’orientation post-bac dans le cadre de Parcoursup, gigantesque opération de tri social et géographique aggravant les inégalités, constitue un cadeau offert au privé.

Le PG 66 s’indigne de cette nouvelle collusion de la Macronie avec les intérêts privés, en contradiction flagrante avec l’intérêt général. Le plus court chemin vers l’égalité et l’émancipation passe par l’Ecole de la République, particulièrement maltraitée par cette majorité constituée autour du Président des riches, Emmanuel Macron.

Francis DASPE, président de la Commission nationale Education du Parti de Gauche

Coa-auteur de deux livres dur l’éduction, « L’école du peuple. Pour l’égalité et l’émancipation » (éditions Bruno Leprince, 2012), « Manifeste pour l’Ecole de la 6° République » (éditions du Croquant, 2016)

Contact médias : 06 07 34 33 81  

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1266

Déc 18

Les vœux du PG 66 pour 2020 : contre les requins de la finance, organisons-nous pour sauver nos retraites !

Retraite 60 ans

Le Parti de Gauche 66 adresse ses vœux de bonne année 2020 à l’ensemble des habitants des Pyrénées-Orientales. Il s’adresse à des populations largement mobilisées pour la défense du système solidaire par répartition des retraites durement attaqué par les projets gouvernementaux. Par conséquent, parmi les traditionnels vœux de nouvelle année, le PG 66 ajoutera celui d’une actualité brûlante visant à préserver le système de retraites, patrimoine commun du peuple depuis la mise en place en 1945 des 4 branches de la Sécurité sociale.

Ce vœu pourtant élémentaire doit faire face aux multiples tentatives de casse. En effet, la réforme des retraites portée par la majorité constituée autour du Président Macron doit être perçue comme une étape décisive dans la volonté de détruire le pacte républicain et social issu du programme du Conseil national de la Résistance au lendemain de la Libération. Le système par points envisagé ne constitue qu’une étape vers l’introduction de la logique de capitalisation. A ce compte, il n’y aura quasiment que des perdants.

Le PG 66 lance au cours des fêtes de fin d’année une campagne d’action en ce sens avec présences sur les marchés, distributions de tracts et collages d’affiches. Des réunions publiques ont déjà été organisées et continueront à l’être à l’aide du diaporama mis à disposition par l’AGAUREPS-Prométhée. Le slogan de cette campagne d’action est le suivant : « Contre les requins de la finance, organisons-nous pour sauver nos retraites ! ».

Le PG 66 milite pour le retour de la retraite à 60 ans à taux plein. Il exige un référendum sur cette question, afin de redonner pleine souveraineté au peuple.

Le PG 66 souhaite une bonne année 2020, combative à l’image des dernières mobilisations contre le projet de casse des retraites, et dont la trajectoire est toute tracée : de la résistance à la révolution citoyenne. Pour que « Les jours heureux » (titre du programme du Conseil national de la Résistance) ne soient pas relégués aux oubliettes de la République sociale…

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1261

Déc 10

Le PG 66 mobilisé pour les assises internationales de l’écosocialisme

Ecosocialisme PG

Le Parti de Gauche 66 se félicite de la décision prise à l’occasion du Conseil National du PG à Montreuil en novembre d’organiser des assises internationales de l’écosocialisme.

Dès 2012, le Parti de Gauche a popularisé le concept d’écosocialisme comme alternative globale et radicale au capitalisme financiarisé et productiviste générateur de catastrophes écologiques. Il l’a fait autour des 18 thèses de l’écosocialisme qui ont reçu un écho extrêmement favorable. Ces thèses ont permis à notre courant de pensée politique d’incarner une centralité politique sur les questions de planification et de transition écologiques, notamment par toutes celles et tous ceux dénonçant les impasses et les impostures du capitalisme vert ou de l’environnementalisme déconnecté des réalités sociales.

L’écosocialisme vise à répondre de manière globale à la quadruple urgence menaçant l’écosystème humain : écologique avec le réchauffement climatique, sociale avec l’accroissement des inégalités, démocratique avec l’absolutisme du marché, géopolitique avec la multiplication des tensions diplomatiques.

Le PG 66 contribuera à ce travail collectif en organisant, sous des formes diverses, des actions de sensibilisation et d’approfondissement de la doctrine écosocialiste.


Catherine DAVID et Mickaël IDRAC, co-secrétaires départementaux du PG 66

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1257

Articles plus anciens «

» Articles plus récents