Sep 24

Les projections politiques pour 2022 de Francis Daspe

RRenverser la Table 1

Francis Daspe organisait une conférence de presse pour présenter son nouveau livre intitulé « 2022. Pour renverser la table à la présidentielle » (Eric Jamet éditeur, août 2020).

« Cet ouvrage s’inscrit dans une double logique » indiquait en préambule Francis Daspe qui est impliqué dès le début de sa création dans La France Insoumise, le mouvement lancé en 2016 par Jean-Luc Mélenchon. « Il s’agit de réfléchir à la question de la stratégie, la grande oubliée et trop souvent sacrifiée au profit de la tactique de court terme politicienne et électoraliste. Or c’est ce qu’il y a de plus noble dans l’action politique ». Dans cette optique, l’objectif vise à déterminer une cohérence à la nouvelle séquence qui s’est ouverte avec la fin des municipales  et qui se conclura en 2022 par l’élection structurante dans le régime de la V° République, la présidentielle.

 

Le livre détermine dans un premier temps les conditions de l’action politique. Celles-ci se caractérisent par le triptyque crises / verrous / logiciels périmés. « Les crises sont multiformes et globales, mais la crise démocratique surplombe et impacte les autres comme le montrent l’abstention récurrente et le mouvement des Gilets jaunes ». Pour l’auteur, il faudra d’abord faire sauter des verrous qui paralysent la volonté de changements politiques en profondeur, comme les institutions monarchiques de la 5° République, les traités européens ou une fiscalité injuste. « Si l’on veut parvenir à renverser réellement la table, pour reprendre le titre de mon livre, il sera également nécessaire de proposer autre chose que les logiciels périmés, tels que ceux visant à ressusciter une improbable gauche plurielle bis, à rassembler de manière anachronique la gauche sur le mode cartel ou encore à succomber aux mirages du capitalisme vert », développait Francis Daspe.

 

La description du panorama politique offre une situation pleine d’incertitudes. « Chaque formation politique ne dispose pour l’instant au mieux que de trous de souris ». Et de citer la situation parfois délicate des principales forces politiques : la perte d’un socle électoral et les problèmes d’incarnation pour la droite, les limites du « et en même temps » pour Macron qui cristallise sur sa personne de profonds ressentiments, les plafonds de verre et le problème de la compétence pour le Rassemblement National / Front National, le profond discrédit dans lequel est tombé le Paris socialiste, le manque d’ancrage militant et les ambiguïtés programmatiques pour les écologistes d’EELV.

 

Pour Francis Daspe, La France Insoumise possède des atouts non négligeables. « Une possibilité s’offre pour réaliser les grands changements politiques attendus par une partie de la population ». Une liste de ces principaux atouts est établie : la stratégie de fédérer le peuple ou de fédération populaire qui a fait ses preuves en 2017 et qui vise à dépasser les logiques appareils et l’arithmétique des cartels, l’existence et l’émergence d’une perspective majoritaire enfin réalisable, le fait que La France Insoumise dispose d’une réelle résonance au sein de la population, la crédibilité de son programme « L’Avenir en commun ». « Pour toutes ces raisons, la réalisation de cette révolution citoyenne est à portée de main pour 2022. Elle passe par la définition d’une stratégie s’appuyant sur la restitution au peuple de sa souveraineté ».

 

Cet ouvrage vise à alimenter la réflexion collective en contribuant au débat public. Il suscite des pistes pour passer du « que faire ? » au « comment le faire ? ». « Cette opération est certes complexe mais éminemment nécessaire si l’on veut parvenir à l’objectif de renverser la Table », précisait Francis Daspe qui se risque dans cette perspective à quelques anticipations d’une situation encore confuse ne demandant qu’à se décanter.

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1301

Sep 07

Halte à la répression contre les décrocheurs

David Daspe Idrac bis

La France Insoumise dénonce l’intimidation et la répression qui s’exerce à l’encontre des militants de l’ANR-Cop 21 qui ont décroché le portrait officiel du Président de la République Emmanuel Macron dans la mairie de Vinça le 17 février 2020. Cette action pacifique, dans le cadre d’une campagne nationale, visait à alerter l’opinion publique sur l’inaction des pouvoirs publics en matière d’urgence climatique.

Quatre d’entre eux ont été convoqués pour mardi 7 septembre à la gendarmerie d’Ille-sur-Têt au motif de recel. Il s’agit d’une démarche politique qui caractérise la face sombre de la Macronie, visant à criminaliser l’action militante de contestation, qu’elle soit citoyenne, politique ou syndicale.

La légitimité d’une telle action avait été pourtant reconnue par un précédent jugement du tribunal correctionnel de Lyon qui avait relaxé deux militants écologistes. Cette décision avait été justifiée par « l’état de nécessité » engendré par l’urgence climatique, considérant que « le dérèglement climatique est un fait constant qui affecte gravement l’avenir de l’humanité en provoquant des cataclysmes naturels ».

La France Insoumise condamne fermement ces réactions totalement disproportionnées et liberticides. Elle apporte son soutien plein et entier aux militants concernés.

Pour La France Insoumise, Francis DASPE, Catherine DAVID et Mickaël IDRAC

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1298

Sep 01

Le PG 66 vise la perspective majoritaire pour 2022

Rentrée PG 66 A

Le PG 66 tenait sa désormais traditionnelle réunion publique de rentrée politique ce mercredi 26 août à Perpignan à la salle des Libertés. « Organiser le jour anniversaire de la proclamation de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 une réunion pour parler de la stratégie de la révolution citoyenne constitue un beau symbole qui tombe particulièrement à pic », faisait remarquer en préambule Catherine David, co-secrétaire départementale du PG 66. Elle présentait ensuite les deux intervenants chargés de lancer et d’animer la conférence / débat, qui tous deux sont membres de la première heure à la fois du Parti de Gauche (2008) et du mouvement de La France Insoumise (2016). René Revol, venu du département voisin de l’Hérault, est maire de Grabels et vice-président de Montpellier Métropole. Francis Daspe, local de l’étape, vient de sortir un livre intitulé « 2022. Pour renverser la Table à la présidentielle » (Eric Jamet éditeur, août 2020). « La définition d’une stratégie est  ce qu’il y a de plus honorable en politique. Or cela constitue souvent un angle mort de la réflexion militante. Nous offrons ce soir la possibilité d’en discuter de manière approfondie », poursuivait Catherine David.

René Revol commençait par présenter le contexte politique global qui se caractérise par l’existence d’une double crise : sanitaire et citoyenne. « La crise sanitaire en accroit toutes les dimensions, qu’elles soient écologiques, sociales, démocratiques ou géopolitiques. Elle exacerbe la crise citoyenne qui se traduit par un désintérêt de la chose publique, l’abstention, la remise en cause du consentement à l’autorité fondant toute démocratie ».  Pour l’orateur, la solution nécessite de renouer avec deux héritages incontournables qui sont la condition nécessaire pour espérer gagner. «L’héritage républicain promouvant un humanisme civique nous invite à réaliser pleinement la promesse républicaine abîmée par le règne de la loi du marché et des intérêts particuliers. L’héritage socialiste nous pousse à accorder la priorité à la recherche de l’égalité et de l’émancipation. Ce qui nous conduit à poser la question de la propriété, aussi bien par l’angle du patrimoine que celui de la disposition des moyens de production ». Pour René Revol, ces deux héritages gardent toute leur signification à l’heure de la crise écologique. « Cela montre l’urgence de la réappropriation des biens communs pour tous qui ne pourra se réaliser qu’en affrontant une minorité d’intérêts privés, ce qui peut aussi se nommer lutte des classes ».

Francis Daspe reprenait une formule de René Char citée quelques minutes auparavant par René Revol, indiquant qu’un héritage n’est précédé d’aucun testament.  « Cela signifie aussi qu’il n’existe pas en politique de rentes durables pour qui que ce soit. Cette réalité nous oblige à un effort de réflexion sur la stratégie qui doit être marquée du sceau de la cohérence et de la constance, et à ne pas nous contenter de simples tactiques de circonstances ». Il illustrait son propos en listant les logiciels politiques désormais périmés, comme les logiques de cartels se fondant sur une arithmétique douteuse, les improbables tentatives de rassemblement de la gauche sur le modèle de la gauche plurielle de jadis, les gestions clientélistes désuètes, les impasses du capitalisme vert voulant faire croire à la compatibilité entre l’écologie et l’économie de marché, ou encore certaines dynamiques citoyennes ne bénéficiant qu’à des premiers de cordée aspirant à la notabilité locale.

« La crise démocratique surplombe toutes les autres crises, comme l’ont montré le mouvement des Gilets jaunes en recherche de souveraineté populaire ou la récurrence d’une forte abstention qui n’est nullement abstentionniste par les messages qu’elle nous délivre », développait Francis Daspe. Il poursuivait en indiquant que le mérite principal de La France Insoumise et de Jean-Luc Mélenchon résidait dans le fait qu’ils avaient ouvert au plus grand nombre la possibilité d’une perspective majoritaire. « Cela passe par la poursuite et l’approfondissement de la stratégie dite populiste de fédérer le peuple. Pour ce faire, il s’agit d’intensifier l’implication populaire et de s’appuyer sur le concept de démocratie plébéienne qui prenne en considérations les aspirations et les revendications du plus grand nombre en respectant la souveraineté des citoyens ».

Face à l’insuffisance générale des offres politiques lors des dernières municipales, une nouvelle séquence politique s’ouvre qui se clôturera avec la présidentielle de 2022. « Pour chacune des forces politiques, il existe des incertitudes majeures pour l’instant non résolues, mais aussi des trous de souris qu’il conviendra d’emprunter et d’élargir pour espérer gagner une élection qui sera à nulle autre pareille », concluait Francis Daspe en faisant part de son optimisme.

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1294

Août 25

Une rentrée tonique pour le PG 66

David Daspe Idrac bis

Les responsables départementaux du Parti de Gauche 66 organisaient une conférence de presse pour présenter la rentrée politique de leur organisation. « Cette rentrée s’inscrit dans la logique d’une séquence politique qui s’ouvre dès à présent et se terminera avec la présidentielle de 2022, avec en mars prochain les élections départementales et régionales », indiquait en préambule Francis Daspe pour qui la séquence des municipales est désormais close. La stratégie de La France Insoumise qui sera celle du Parti de Gauche (le parti de Jean-Luc Mélenchon ayant été à l’origine du lancement du mouvement de La France Insoumise qui a porté la candidature Mélenchon en 2017) s’appuiera sur une triple cohérence stratégique. « Une cohérence sur l’ensemble du territoire qui récusera les tentations de stratégie à géométrie variable au final illisibles ; une cohérence sur l’ensemble de la période avec une stratégie identique pour toutes les élections ; une cohérence en termes de programme avec le programme « L’Avenir en commun » qui sera réactualisé tout en conservant ses orientations de rupture qui avaient fait sa  force en 2017 », expliquait Francis Daspe.

Autrement dit, pour garder l’objectif de réaliser la révolution citoyenne. C’est précisément le thème de la conférence intitulée « Stratégie de la révolution citoyenne » qui sera au menu de la rentrée politique du PG 66 ce mercredi 26 août à Perpignan, à la salle des Libertés, à partir de 18 heures. « Quel plus beau symbole pour parler de révolution citoyenne que le jour anniversaire de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 », s’exclamait Mickaël Idrac qui présentait les deux intervenants qui introduiront les échanges et les débats. « René Revol, maire de Grabels dans l’Hérault voisin, est un habitué du département. Pour sa part, Francis Daspe vient précisément de sortir un livre au cœur du sujet, intitulé de manière significative « 2022. Pour renverser la Table à la présidentielle » (Eric Jamet éditeur, août 2020) ». Cette conférence est bien évidemment ouverte au public, et plus particulièrement aux militants de La France Insoumise.

Catherine David pour sa part évoquait l’action de plus long terme qui rythmera l’activité militante du PG 66 pendant les prochains mois. « Le PG a décidé de lancer les Assises internationales de l’écosocialisme. Nous les déclinerons au niveau départemental par un certain nombre d’initiatives, réunions publiques, travail d’éducation populaire, valorisation de questions et de luttes écologiques, diffusion des 18 thèses de l’écosocialisme, auditions d’acteurs locaux etc. ». Et Catherine David de préciser que l’écosocialisme est incompatible avec le capitalisme vert et l’économie de marché, n’en déplaise à Yannick Jadot. « L’écosocialisme vise à répondre de manière globale à la quadruple urgence menaçant l’écosystème humain : écologique avec le réchauffement climatique, sociale avec l’accroissement des inégalités, démocratique avec l’absolutisme du marché, géopolitique avec la multiplication des tensions diplomatiques ».

Pour le PG 66, la rentrée est plutôt chargée et demandera du tonus militant.

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1291

Août 03

Le PG 66 planche sur la stratégie de la Révolution citoyenne

PG sans FG

Le Parti de Gauche 66 effectuera sa traditionnelle rentrée politique mercredi 26 août 2020 à Perpignan. Le jour anniversaire de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, une formation militante sera organisée sur le thème « Quelle stratégie pour la révolution citoyenne ? ». Elle se déroulera à la salle des Libertés (3 rue Edmond Bartissol), à partir de 18 heures.

Elle sera animée par deux intervenants impliqués dans La France Insoumise depuis son lancement en février 2016. René REVOL est maire de Grabels et vice-président de Montpellier Métropole. Francis DASPE, secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée, est auteur du livre « 2022 : pour renverser la Table à la présidentielle » (Eric Jamet éditeur, août 2020).

Après la fin des municipales de mars / juin 2020, une nouvelle séquence politique s’ouvre avec les élections départementales et régionales prévues en mars 2021 et qui se clôturera avec la présidentielle de 2022. Les réflexions porteront sur la stratégie pour pouvoir renverser la table et réaliser l’indispensable révolution citoyenne.

Elle est ouverte au public, et bien évidemment aux militants de La France Insoumise dans les Pyrénées-Orientales.

Cette formation militante proposée par le PG 66 s’inscrira dans le prolongement de la rentrée nationale de La France Insoumise qui aura eu lieu le week-end précédent dans la Drôme à Valence avec les AMFIS d’été (l’équivalent des universités d’été), du jeudi 20 août au dimanche 23 août.

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1288

Juin 05

Le PG 66 dénonce le sketch du déconfinement à l’école

lecole-du-peuple

L’école a bien été au cœur de la crise sanitaire, des conditions et des enjeux tant du confinement que du déconfinement. Elle a symbolisé les errements de la gestion du gouvernement, mettant en relief les absurdités débitées avec une régularité déconcertante et les contradictions proférées avec un culot sidérant.

S’il a dû avaler des couleuvres, le ministre Jean-Michel Blanquer s’est contenté de répercuter, sans aucune gêne, les injonctions paradoxales sur les personnels des établissements, dans une application du double principe de gestion managériale et d’autonomie locale, qui en réalité correspond à une politique de la défausse permanente.

Le Parti de Gauche 66 estime que le déconfinement à l’école tourne en définitive au sketch de fort mauvais goût. Peu d’élèves présents, des protocoles absurdes autant kafkaïens qu’anxiogènes ne garantissant de surcroît pas la sécurité ni des élèves ni des personnels, des consignes indiquant de ne pas faire cours ou avec des contenus vidés de leur substance, des conditions matérielles et physiques pour les élèves encore plus rigoureuses que le confinement, voilà la réalité de l’école post-confinement. L’école est ainsi ravalée au rang de garderie, totalement déconnectée des objectifs de pédagogie, clairement soumise à des intérêts particuliers privés, sonnants et trébuchants.

Le déconfinement, absolument nécessaire dans ce contexte de peurs irrationnelles alimentées sciemment par un pouvoir dans le seul but de masquer ses propres insuffisances et turpitudes, ne peut pas commencer par l’école. Les salles de classe et les établissements scolaires sont de potentiels clusters à épidémies. Le déconfinement doit débuter inévitablement par la vie sociale. La Macronie s’y est refusée, sans doute pour maintenir nos concitoyens dans un état de tension peu propice à l’expression des mécontentements et des colères tant redoutés par un pouvoir aux abois.

Le PG 66 exige que l’école de la République soit décontaminée en urgence de tout ce qui conduit à son abaissement et à sa corruption, et que la crise a révélé encore davantage.

Francis DASPE, président de la Commission nationale Education du Parti de Gauche

Co-auteur de deux livres sur l’éduction, « L’école du peuple. Pour l’égalité et l’émancipation » (éditions Bruno Leprince, 2012), « Manifeste pour l’Ecole de la 6° République » (éditions du Croquant, 2016)

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1285

Mai 24

Louée soit la crise sanitaire pour les pesticides !

Ecosocialisme PG

Le Parti de Gauche 66 dénonce vigoureusement le communiqué de presse gouvernemental du 11 mai 2020, annonçant l’accord d’un soutien exceptionnel (30 millions d’euros) destiné à accompagner les agriculteurs, notamment la viticulture pour notre département, mais aussi les productions fruits et légumes dans tout l’hexagone. Cette mesure cible l’investissement dans du matériel permettant de limiter les distances de traitement par des  pesticides près des zones d’habitations.

Rappelons, dans le cadre de la loi Egalim, la mise en place d’un décret le 27 décembre 2019 stipulant les distances (zone de non traitement) à respecter (3m, 5m, 10m et 20m)  selon la  dangerosité des produits, pour assurer la « protection des riverains » lors des traitements.

L’art de détourner la loi … au mépris de la santé des riverains et de l’urgence climatique

Las… C’était sans compter l’offensive des lobbys des pesticides toujours prêts à contourner les contraintes avec l’aval de la FNSEA et du manque de courage des politiques. C’est ainsi qu’en février le ministre de l’agriculture propose aux chambres d’agriculture d’établir une charte de bonnes pratiques permettant de déroger et réduire ces  distances d’épandage. Précisons que la dite charte est réalisée dans l’entre soi confiné des bureaux des chambres d’agriculture dont la plupart sont tenues par la FNSEA… Exit les autres syndicats, exit les riverains, exit les associations…

Raisons invoquées pour se soustraire à la loi : la crise sanitaire ! Les accros du libre échange n’ont pu exporter, les frontières étant fermées ! En clair, pour éponger les méventes il va falloir surproduire en surtraitant… Fermez vos fenêtres braves gens et restez confinés ! Et le ministère de déclarer : « Avec ces aides, nous accompagnons l’agriculture dans la transition vers l’agroécologie ». Audacieux le sieur Didier Guillaume !

L’instrumentalisation de la crise sanitaire se fait à tous les étages et dans tous les secteurs économiques et se résume à « Après moi, le déluge ! ». Rompre avec ce vieux monde est un impératif incontournable. En cela, seul le Parti de gauche porte un projet de société au service du progrès humain. Ce projet, l’écosocialisme, dont le PG a lancé les assises internationales de l’écosocialisme, doit passer par la révolution citoyenne et ouvrir à un nouveau paradigme par la planification écologique, sociale et démocratique au service des besoins humains et non de la finance.

Catherine DAVID et Mickaël IDRAC, co-secrétaires départementaux du PG 66

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1282

Mai 16

L’écosocialisme, antidote à la crise sanitaire

Mickaël Idrac, Catherine David

La crise sanitaire du Covid-19 repousse le lancement des assises internationales de l’écosocialisme lancées par le Parti de Gauche. Ironie de l’affaire, l’écosocialisme est victime de cette crise sanitaire sans précédent dont il est pourtant l’antidote.

Un virus et une pandémie possèdent des causes systémiques. Elles tiennent pour partie à des raisons d’organisation économique du monde.

L’accélération des transports rend les sociétés plus interdépendantes. Les conditions mêmes de la mondialisation diffusent presque instantanément la crise sanitaire. La contradiction capitaliste, nous disait déjà Marx, tient au fait qu’il y a socialisation de la production mais privatisation des bénéfices. Le grand déménagement du monde accroît la dépendance des peuples, tandis que les profits se concentrent dans une part de plus en plus restreinte d’oligarques qui ont seuls les moyens d’échapper aux dangers de leur modèle.

Les choix économiques de la mondialisation prétendument heureuse se heurtent au principe de réalité : délocaliser les industries médicamenteuses et la production de masques aux quatre coins du monde rend impossible une réponse en cas de crise globale.

L’écosocialisme est la solution aux crises multiformes qui nous frappent. Loin d’un repli sur soi, il appelle une planification et une entraide internationale pour faire face aux enjeux de restructuration de l’économie. Voilà pourquoi le PG 66 contribuera comme prévu aux assises internationales de l’écosocialisme qui seront menées à l’issue de cette crise.

Catherine DAVID et Mickaël IDRAC, co-secrétaires départementaux du PG 66

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1279

Mar 06

La (nouvelle) mascarade de l’école de la confiance

12304200_1633456500238694_1843430791253580074_o

Le Parti de Gauche 66 dénonce la consultation sur « Le métier de professeur du XXIème siècle » du 3 au 17 mars proposée par le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer. Il ne s’agit que d’une grossière opération de communication. Le ministre, faisant mine de vouloir se soucier de la condition des enseignants, tente de donner l’illusion de vouloir rétablir un lien particulièrement distendu.

Cette prétendue consultation relève davantage de la mascarade : manque de sérieux dans la méthodologie, aucune garantie sur l’identité des personnes y répondant, questions orientées pour aboutir à des conclusions souhaitées etc. La ficelle est grosse : d’ici quelques semaines, le ministre s’appuiera sur les pseudos résultats de cette rocambolesque étude pour affirmer de manière toujours aussi péremptoire que cette consultation a montré les enseignants sont en phase avec ses réformes pourtant rejetées.

Il s’agit d’une mystification et d’une manipulation s’ajoutant au blocage des salaires des enseignants depuis des années, à la dégradation incessante de leurs conditions de travail, aux mensonges du ministre et ses éternelles promesses auxquels ils ne croient plus, aux réformes incessantes de destruction de l’Ecole (programmes, parcoursup, contre-réforme du bac, E3C, inclusion à la hussarde des élèves en situation de handicap sans moyens humains et matériels), aux propos méprisants du ministre sur leur prétendue incompréhension de la réforme des retraites. L’école de la confiance, après avoir suscité la défiance, vire désormais à la mascarade.

Le Parti de Gauche 66 dénonce ce mépris supplémentaire de la politique ministérielle. Il s’oppose aux logiques marchandes de destruction de l’Ecole. Dans les Pyrénées-Orientales, il soutiendra les enseignants dans leurs luttes pour des salaires à la hauteur de leurs responsabilités, pour des conditions de travail dignes et dans leur opposition au massacre des retraites.

Francis DASPE, président de la Commission nationale Education du PG

Co-auteur de deux livres sur l’éduction, « L’école du peuple. Pour l’égalité et l’émancipation » (éditions Bruno Leprince, 2012), « Manifeste pour l’Ecole de la 6° République » (éditions du Croquant, 2016)

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1276

Fév 04

L’écosocialisme : une dynamique de rupture, pas une arithmétique de boutiquier…

Ecosocialisme PG

Le Parti de Gauche 66 contribue au lancement des assises internationales de l’écosocialisme décidées en novembre dernier par le PG à l’occasion de son Conseil national. Il le fera de différentes manières, en commençant par un travail pédagogique d’éducation populaire, avec des actions de sensibilisation et d’approfondissement de la doctrine écosocialiste

Le concept d’écosocialisme renvoie à une alternative globale et radicale au système capitaliste. Il impulse une véritable dynamique. Il n’est pas la simple addition des mots écologie et socialisme. L’écosocialisme est en effet en totale opposition avec le capitalisme vert et l’austérité dévoyant le socialisme historique ouvrier.

Comme la politique en général, l’écosocialisme n’est pas une question d’arithmétique, mais bien de dynamique. Il n’a pas vocation à rassembler de dérisoires rentes de boutiquiers. Il vise à fédérer le peuple autour d’un horizon commun dicté par la quadruple urgence menaçant l’écosystème humain : écologique avec le réchauffement climatique, sociale avec l’accroissement des inégalités, démocratique avec l’absolutisme du marché, géopolitique avec la multiplication des tensions diplomatiques.

Cette conception arithmétique et boutiquière coïncide hélas avec le parti pris de certaines listes à ces municipales, en France, en Occitanie et à Perpignan, qui tentent de conjuguer très maladroitement austérité, capitalisme vert et opportunisme. Certainement pas pour le meilleur !

Ce n’est pas dans l’ADN du PG 66 qui, par les 18 thèses de l’écosocialisme, récuse les impasses et les impostures du capitalisme vert ou de l’environnementalisme déconnecté des réalités sociales.

Catherine DAVID et Mickaël IDRAC, co-secrétaires départementaux du PG 66

Lien Permanent pour cet article : http://66.lepartidegauche.fr/?p=1273

Articles plus anciens «